Le Billet de Mme le Maire

« Que peuvent les lois là où règne l’argent »  disait Pétrone il y a plus de 20 siècles. 

Et il rajoutait  «  l’argent est démon dès qu’il envahit les meilleurs »

Alors, et pour être à la page, nos néo-moralistes relancent à l’envi le sens de l’honnêteté et la conscience de nos politiques.

Il s’agit plus du retour d’un certain discours sur la morale que le retour de la morale elle-même.

Force est de constater que lorsque le mauvais exemple vient de haut, cela engendre des doutes tenaces sur les principes d’une éthique jadis sacrée. Mais, celui qu’on jette aux chiens aujourd’hui est-il vraiment coupable ?

La présomption d’innocence est balayée d’un revers de main et voilà qu‘on juge à charges et seulement à charges.

A qui profite le crime ?   Là est la bonne question.

Il faudra pourtant revenir à ces valeurs ancestrales qui enseignaient le bien et stigmatisaient le mal, pour ne plus tout mélanger.

La démocratie en dépend, sinon, demain, la tyrannie nous guette.

Christine BONFANTI-DOSSAT